Gaspillage alimentaire
Crédit photo : Pixabay

En 2018, la lutte au gaspillage alimentaire continuera de plus belle. Amorcée il y a quelques années en douceur, nous y sommes de plus en plus conscientisés avec, entre autres, la publication du livre « Cuisine réfléchie, bien manger sans gaspiller » de Daniel Vézina ou les initiatives très médiatisées du chef italien Massimo Bottura, dont le Refettorio Ambrosiano, une soupe populaire utilisant des surplus alimentaires.

Plus près de nous, il y a également la Tablée des Chefs qui récupère les surplus alimentaires et qui les redistribue aux organismes et personnes dans le besoin sans parler des compagnies québécoises qui commencent à utiliser la technologie HPP permettant de prolonger la durée de vie des aliments et donc de diminuer les pertes.

Si l’on considère que 47% du gaspillage alimentaire se fait par le citoyen et que cela représente environ 1500$ d’épicerie annuellement par ménage, ce n’est pas surprenant que le gaspillage alimentaire vienne toucher une corde sensible chez plusieurs d’entre nous1.

Crédit photo : Brooke Lark, Unsplash

Qu’est-ce que le gaspillage alimentaire ?

Selon Recyc-Québec, on parle de gaspillage alimentaire pour faire référence à de la nourriture qui est jetée ou perdue tout au long de la chaîne alimentaire, que ce soit dans les champs, durant le transport, lors de la transformation des aliments, à l’épicerie, dans les restaurants ou encore à la maison.

Des gestes concrets pour réduire le gaspillage alimentaire

À la maison

Crédit photo : Artur Rutkowski, Unsplash

La bonne nouvelle est que réduire le gaspillage alimentaire est facilement réalisable à la maison, sans devoir changer toutes nos habitudes de vie ou se lancer dans d’obscures recettes utilisant des fanes de carottes.

Voici des petits trucs concrets que l’on peut aisément appliquer dès maintenant, de la gestion de son propre réfrigérateur aux achats en passant par la préparation des repas.

  • Planifiez les repas à l’avance, avec un menu qui réutilisera plusieurs aliments. Ainsi, on ne reste pas pris avec des aliments non utilisés.
  • Avant d’aller à l’épicerie, on fait l’inventaire de son frigo et du garde-manger et on planifie quelques recettes qui utiliseront les aliments qu’on a déjà.
  • Dans le frigo, on met les aliments dont la date d’expiration approche plus près de la porte pour éviter de les oublier.
  • Il ne faut pas hésiter à congeler les restants. Pour s’aider, on les sépare en portion avant la congélation pour avoir des repas ou des lunchs déjà cuisinés sous la main.
  • Les légumes trop mûrs pour être mangés tels quels peuvent être utilisé dans les soupes et potages, dans des sautés de viandes et légumes tandis que les fruits abîmés peuvent être passés en salades de fruits ou en sorbets par exemple.

5 initiatives pour contrer le gaspillage alimentaire

Crédit photo : Brooke Cagle, Unsplash

Un peu avant les Fêtes, j’ai eu l’occasion d’assister à la conférence Culture Alimentaire France-Canada, qui traitait de l’alimentation durable et responsable. Cela m’a entre autres permis de découvrir plusieurs initiatives qui permettent de lutter contre le gaspillage alimentaire. En voici 4 qui gagnent à être connues :

  1. Les frigos communautaires Bonapp : Il s’agit d’un réseau de réfrigérateurs qui permet aux citoyens d’offrir et de prendre gratuitement des surplus alimentaires encore bons (des fruits, des légumes ou des produis scellés). Donc, au lieu de laisser pourrir des aliments que l’on n’utilisera pas dans le fond du frigo, on peut les redonner pour partager avec la communauté. En savoir plus et connaître les emplacements des frigos.
  2. Eatizz est une application mobile gratuite basée à Montréal qui avise ses abonnés de promotions de dernière minute sur des produits arrivant en date limite de vente dans des commerces à proximité. Une façon de diminuer les pertes d’aliments et d’économiser. Pour en savoir plus, consultez le site web de Eatizz.
  3. Seconde Vie et Hors La Loi : 2 initiatives, que l’on retrouve en épicerie, qui permettent d’acheter à rabais des légumes et des fruits qui sont soit défraîchis ou dont la taille et la forme ne rencontrent pas les standards de perfection de l’industrie. Parfait si on a une recette à cuisiner le soir même ou pour économiser.
  4. Les jus LOOP sont faits à partir de fruits et de légumes rejetés entre le champ et le supermarché. Chaque bouteille de jus LOOP contient donc plus de 1.5 kg de végétaux frais mais dont la forme, la couleur ou la taille ne correspondent pas aux standards des compagnies de distribution. En savoir plus sur les jus LOOP.
1. Recyc-Québec : Gaspillage alimentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.