Laurent Saulnier à Montréal en Lumière
Crédit photo : Benoît Rousseau pour Montréal en Lumière

Si quelqu’un connaît à fond la programmation du festival, il s’agit bien de Laurent Saulnier, véritable pilier du festival Montréal en Lumière et vice-président à la programmation. Et nous sommes chanceux, car j’ai eu la chance d’avoir un entretien avec lui au cours duquel il m’a livré sa sélection de nouveautés et d’incontournables pour l’édition à venir.

Lors de cette édition de Montréal en Lumière, on souligne le 375e anniversaire de Montréal. Est-ce qu’il y a des activités en lien avec cette célébration à ne pas manquer ?

Une des activités à ne pas manquer, qui est aussi une nouveauté, est le curling en Lumière. On a tous, à un moment ou à un autre, vu du curling à la télévision en se demandant comment ça fonctionnait et ce sera donc l’occasion de l’essayer en version lumineuse et amusante.

Curling Montréal en Lumière
Crédit photo : Montréal en Lumière

En lien avec le 375e, on ouvrira également le parterre symphonique pour la Nuit Blanche le 4 mars pour une soirée 1967 où on aura Stefie Shock comme DJ avant et après le concert des Vikings qui ne joueront que des chansons parues en 1967!

Ça peut sembler surréaliste de ne faire que des chansons d’une seule année mais 1967 a été tout simplement magique au niveau de la musique pop en général. Les Beatles ont sorti Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Bands et pour les Beach Boys c’était Pet Sounds. 1967, c’est également l’année de sortie du premier album de The Doors et de Jimmy Hendrix! Plein de classiques sont sortis en 1967 et les Vikings font nous faire un best-of de cette année. Même le parterre sera aménagé pour nous mettre dans l’ambiance de 1967.

1967 - Stefie Shock et les Vikings
Crédit photo : Montréal en Lumière

Côté gastronomie, le 375e anniversaire nous a donné l’occasion d’inviter les chefs de DELICE, un regroupement international de villes gourmandes. C’est donc une quinzaine de chefs qui vont débarquer durant le festival et ce qui est surprenant, c’est que ces chefs proviennent de villes de partout dans le monde qu’on connaît parfois moins pour leur côté gastronomique. Ce sera de belles découvertes.

Plusieurs nouveautés sont annoncées cette année. Lesquelles vous rendent le plus fier ?

Le curling en lumière est très haut dans cette liste parce que lorsque j’ai suggéré cette idée en réunion, on était loin de s’imaginer tout le chemin qu’elle ferait!

Mais la plus grande fierté est d’avoir réussi à faire Illuminart. Ça fait des années, au moins 5 ou 6 ans, qu’on travaille sur des idées qui tournent autour de ce concept. Illuminart est un travail de très très longue haleine. On a réussi à faire les bons maillages avec la ville de Lyon ainsi qu’avec différents partenaires de festivals de lumière. C’est très gratifiant de voir cela se concrétiser. On espère que ce projet reviendra pour plusieurs années.

Pendulum - IlluminArt - Montréal en Lumière
Pendulum – Crédit photo : Montréal en Lumière

Parmi les activités qui reviennent, quels sont les classiques de Montréal en Lumière ?

Au fil des ans, on a réussi à faire de certaines activités des marques de commerce du site extérieur. La glissade et la tyrolienne en sont quelques exemples. Quand on a inventé la glissade, on imaginait qu’elle resterait quelques années mais on ne se doutait pas que ca deviendrait quelque chose dont on ne peut se passer. La tyrolienne au-dessus du site, même chose, on ne se doutait pas que ça deviendrait un classique instantanément.

La grande roue est un autre classique. Une grande roue illuminée en plein hiver, c’est quelque chose qui marche et que les gens aiment, donc elle revient à chaque année.

Grande roue - Montréal en Lumière
Crédit photo : Montréal en Lumière

Parmi les autres activités qui reviennent, il y la soirée Tout Canard au Bistro SAQ qui est devenu un événement régulier, souvent complet. Ce sont des traditions qui se forment d’une édition à une autre.

Quel est votre plus grand coup de coeur pour cette édition ?

Sur le site extérieur, c’est Illuminart! Je suis passé sur le site pendant l’installation et j’ai trouvé ça très impressionnant. Je crois que ca va être une des belles surprises de cette édition. On ne se doute pas de l’impact que ce genre d’installation peut avoir, une fois illuminée et complètement montée !

Du côté des artistes et des spectacles, quel serait votre top 3 à découvrir ?

Il y en a beaucoup! Dans le cadre de Montréal en Lumière, c’est difficile de ne sélectionner que quelques spectacles car c’est un des festivals avec la programmation la plus diversifiée en terme de proposition musicale. On va dans des registres très différents, de Chantal Kreviasuk à Alain Lefebvre en passant par Valaire.

Mais je peux quand même faire un top 3 de concerts où il y a encore des disponibilités!
Il y a le programme double avec Madeleine Peyroux et Rickie Lee Jones qui m’apparait fort intéressant. C’est rare que l’on réussit à avoir une double affiche aussi forte. Et les fans de Madeleine Peyroux qui ne connaissent pas Rickie Lee Jones vont certainement l’apprécier et vice versa. C’est un vrai programme double qui marche et qui est là pour satisfaire le public.

Côté français, c’est l’incontournable Benjamin Biolay, qui n’est pas venu souvent à Montréal. Ce sera son 3e passage. Il a collaboré aussi bien avec Vanessa Paradis que Isabelle Boulay. C’est un des auteurs–compositeurs les plus influents des 10 dernières années.

Et je terminerais avec la rentrée montréalaise de Alex Nevsky qui va jouer pour la première fois au Métropolis et qui vient de sortir son 3e album, Nos Eldorados. Ça risque d’être un beau show d’artiste québécois durant Montréal en lumière. Et il a deux excellentes premières parties avec Laurence Nerbonne et Ria Mae. Une bien belle soirée et comme le spectacle a lieu durant la dernière soirée de Montréal en Lumière, ce sera une belle façon de terminer le festival.

Montréal en Lumière
Crédit photo : Montréal en Lumière

Et du côté des activités gastronomiques entourant la ville de Lyon, des suggestions ?

Du côté de Lyon, le truc le plus spécial et différent qu’on a fait cette année, c’est de transformer le restaurant Balmoral en véritable bouchon lyonnais pour la durée du festival. Les bouchons lyonnais sont les bistros typiques de Lyon et quand on entrera au Balmoral, ce sera comme être à Lyon : le même décor, la même ambiance qu’à Lyon et le même menu. Et Joseph Viola, le chef qui a créé le menu pour l’occasion, est lui-même chef des bouchons Daniel & Denise à Lyon. Ce sera vraiment une parcelle de Lyon à Montréal.

Voilà qui donne encore plus hâte au festival! Merci Laurent Saulnier pour toutes ces belles suggestions!

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.